Les paramètres de latéralité et le tennis

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Hrx dit :

    En conclusion, quel travail faire selon sa latéralité. Je suis homogène côté droit sauf pied directeur gauche. Et cela me pose problème sur la défense en coup droit.
    Merci.

    • Fab dit :

      Bonjour Hrx. Si tu es pied directeur gauche tu devras plus travailler avec les appuis en ligne avec éventuellement un pivot dessus c’est à dire que tu tournes autour de ton pied gauche avec le pied droit qui passe devant. Mais du coup, tu ne peux pas exploiter ton bassin droit sauf que pour moi le pied directeur est prioritaire car il faut chercher la force dans le sol. Sur les défenses, essaie aussi de pivoter sur ton pied gauche donc pose le avant la frappe même si c’est moins simple que sur un coup bien placé.
      Ensuite ces paramètres apporte un petit pourcentage de réussite supplémentaires mais l’entraînement est là pour savoir tout faire. Donc essaie de travailler ton pied droit avec un travail de cloche-pied sur échelle d’agilité ou en slalom sur une ligne.
      J’espère que cela t’aidera et tiens moi au courant.
      Bon tennis à toi.
      PS : vu l’importance de la latéralité, je pense faire un ebook ou une formation vidéo dessus en allant plus loin que dans l’article avec des exercices à faire pour renforcer ou compenser ces paramètres.

  2. Bruno Bardies dit :

    Je suis tombé sur votre site et sur votre article un peu par hasard sur le net.
    Je m’interèsse un peu au sujet de la latéralité au tennis et je n’ai pas trouvé beaucoup d’information que ce soit sur des sites en anglais ou en français.
    Bravo pour les videos et l’étude, vraiment passionnant et complet,…enfin complet on ne peut sûrement pas totalement car ce sujet semble tellement large et complexe car lié au cerveau.
    Pour ma part, je suis droitier au tennis et gaucher pour écrire (je dois être un peu ambidextre ou droitier contrarié…), je joue au foot du pied droit et j’ai un oeil directeur gauche et un bassin directeur à droite.
    En général, je suis beaucoup plus à l’aise sur les CD décroisés (j’ai un niveau environ 30/2), et il arrive que mes CD croisés sont des fois une catastrophe.
    Autre pb, j’ai eu opération ligament et ménisque au genou droit il y a plus de dix ans, et ce genou et donc “limité” et plus faible. ça influe clairement mon jeu.
    Juste une question, car je m’interèsse aussi au type de raquettes, quid du revers à une main ? Votre étude et analyse et elle valable de la même manière que pour le revers à deux mains ?
    Et selon mon cas, pensez vous qu’un revers à une ou deux mains soit plus recommandé ? J’adore essayer de progresser et pratiquer le revers à une mains mais j’ai l’impression qu’il me donne des tendinnites, surtout que pour ce type de jeu avec une revers une main, j’utilise une raquette avec petit tamis, plus lourde et poids en manche et grip plus petit, je sais pas si c’est ça qui a un lien avec la tendinite ou si c’est mon geste.

    Bref, merci encore pour votre site et à bientôt!

    Bruno

    • Fab dit :

      Bonjour Bruno et désolé pour ma réponse tardive. En tout cas, merci pour votre commentaire.
      1) pour le sujet de la latéralité, il ne faut pas mettre tous les paramètres au même niveau, certains sont plus influents que d’autres. Le bassin l’est moins que l’oeil ou le pied. Ton oeil croisé, ton bassin homogène et ton pied homogène sont favorable à ton coup droit. Ta faiblesse au genou t’oblige certainement à utiliser ta jambe gauche en coup droit et donc utiliser les appuis en ligne favorisant les CD long de ligne. En CD croisé, il faut être plus de face et plus travailler avec la jambe droite.
      2) pour le sujet du revers à 1 main, les douleurs au coude sont plus fréquentes surtout avec un petit tamis peu tolérant au décentrage et une raquette lourde. Mais la technique (ou la mauvaise technique) peut aussi intervenir mais sans voir, c’est difficile pour moi.
      3) pour le sujet du 1 ou 2 mains en revers, les 2 mains limitent la rotation des épaules donc le paramètre “bassin” est moins important bien que la dissociation haut-bas soit nécessaire mais là on est dans la coordination et pas la souplesse du bassin.
      D’une manière générale, les paramètres de latéralité donne une base, un côté inné ou facile selon les paramètres mais il n’empêche qu’il faut savoir faire le plus de choses possible donc travailler tous les types d’appuis, bien fixer la balle et éviter les mouvements de tête.
      Excellent tennis
      Fab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *